Komarov Egor / Unspash

The Good Look :
Alfredo Häberli relooke la DiaStar de Rado

Rado a pris pour habitude de collaborer avec des créateurs. L’iconoclaste manufacture a ainsi demandé au designer industriel suisse Alfredo Häberli de réinterpréter son iconique DiaStar, à l’occasion de son 60e anniversaire.

La DiaStar de Rado dispose de trois coloris de cadran.
La DiaStar de Rado dispose de trois coloris de cadran. Rado

Une forte tradition de recherche et de développement. Voici les valeurs sur lesquels s’appuie Rado, marque intégrée au Swatch Group. À Longeau, en Suisse, se fabriquent ainsi des montres associant formes novatrices et matériaux high-tech. C’est le cas de la DiaStar, qui fête ses 60 ans cette année. Pour l’occasion la marque de montre collabore avec le designer Alfredo Häberli. Ce garde-temps stylé reçoit une coiffe ovale qui lui donne sa forme elliptique très particulière. Une vraie rareté.

Car, aujourd’hui, l’immense majorité des montres haut de gamme sont rondes et un petit nombre d’entre elles, anguleuses (carrées ou rectangulaires). Petite nuance quand même : si cette forme ovoïde est fort rare aujourd’hui, elle l’était beaucoup moins en 1962. À l’époque, la DiaStar fait aussi parler d’elle pour son « métal dur », qui s’avère être cinq fois plus dur que l’acier et en fait une avant-gardiste résistant aux rayures, un vrai plus. Depuis, le Céramos, une céramique de métal high-tech apparue en 1993, est venu la coiffer.

Une montre iconique

La DiaStar de Rado revisité par le designer Alfredo Häberli.
La DiaStar de Rado revisité par le designer Alfredo Häberli. Rado

Cette année, Rado a décidé, justement, de se concentrer sur ce modèle emblématique, dont le nom est formé de « Dia » pour diamant (un matériau très dur) et de « Star » pour vedette, et offrir à son icône l’œil d’un designer industriel. Car si la marque dispose de spécialistes en interne, elle fait ­régulièrement appel à des intervenants extérieurs, pour la plupart novices en horlogerie. La démarche est intéressante : ils se retrouvent face à un objet mécanique minuscule qu’ils doivent maîtriser puis transcender. Leur regard donne naissance à des pièces parfois admirables que l’on s’arrache et d’autres fois, plus conceptuelles, qui se révèlent moins faciles à porter. 

« Pour l’anniversaire de notre DiaStar Original, nous voulions un designer suisse, épris d’horlogerie. Il devait aussi être porteur de nos valeurs, la pérennité, notamment », se remémore Adrian Bosshard, le président de Rado. Finalement, ce sera Alfredo Häberli. Cet Helvète originaire d’Argentine débarque en Suisse en 1980 à l’âge de 13 ans. Établi à Zurich, il y fonde son studio. Quand Christian Verdon, directeur recherche et développement de Rado, le contacte pour relooker la DiaStar, Alfredo Häberli est ravi : « Je rêvais de réaliser une montre depuis longtemps. »

Bio express d'Alfredo Häberli

Rado a demandé au designer industriel suisse Alfredo Häberli de réinterpréter son iconique DiaStar, à l’occasion de son 60e anniversaire - The Good Life

 

 

 

 

Ce designer suisse est né à Buenos Aires en 1964. Grand, un bon mètre quatre‑vingt‑dix, élégant… il habille son corps long et fin comme celui d’un adolescent de vestes de travail, coupées sur mesure. Ce dandy distingué, qui se déplace en Porsche 911 vintage, se définit comme un « mélange de précision suisse et d’émotivité latine ». Il ouvre son studio, Alfredo Häberli Design Development, à Zurich voilà une trentaine d’années. Depuis, il dessine des objets du quotidien – arts de la table ou meubles – qui unissent tradition et innovation, joie et humour. Pour la société Iittala, il imagine la collection de vaisselle Origo, ludique et colorée, qui est sa création la plus connue. En plus des collaborations avec BMW, Georg Jensen, Alias, Moroso ou Vitra, il se frotte aussi à l’architecture et à la scénographie en dessinant les showrooms de Kvadrat et Aesop ou le magasin Camper de Paris. Pour le 25hours Hotel Zürich West, inauguré en 2012, il s’occupe de tout l’intérieur, qu’il truffe d’interventions artistiques. En 2014, il reçoit le prestigieux Grand Prix suisse de Design. 

Son grand attrait pour l’horlogerie débute le jour de ses 18 ans, quand son père lui offre la montre que son propre père lui avait léguée au même âge. Depuis, il voue une véritable fascination pour ces objets animés. « Aujourd’hui, je possède une collection de 60 montres, surtout des modèles de la fin des années 60 et du début des années 70. Je les associe à mes tenues. Elles sont très importantes », déclare le créateur. 

« Je rêvais de réaliser une montre depuis longtemps. (…) je possède une collection de 60 montres 

Le nouveau modèle de la DiaStar pour son 60e anniversaire.
Le nouveau modèle de la DiaStar pour son 60e anniversaire. Rado

Le cahier des charges qui lui est présenté apparaît un brin paradoxal : « Une nouvelle DiaStar Original, mais il ne faut surtout rien changer à la montre originelle. » Un brief qui laisse le ­designer un peu déconcerté. « Je comprends, finalement, qu’ils souhaitent voir préservé l’esprit initial de la montre, son ADN. Nous avons beaucoup dialogué avec l’équipe Rado. Puis tout est allé très vite. J’ai créé la DiaStar Original 60‑Year Anniversary en dix jours seulement », assène le designer un brin provocateur. « Tu l’as dessinée en dix jours, en effet, mais tu as travaillé nuit et jour, 24 heures sur 24 », le taquine le président de Rado.

La famille « DiaStar » revisitée

En plus de la version 60e anniversaire (3) due à Alfredo Häberli, Rado a aussi revisité sa gamme DiaStar Original (1). La nouvelle collection se compose de trois élégantes références. Elles reprennent la coiffe traditionnelle des DiaStar, toujours en Céramos, mais poli, cette fois. Les cadrans texturés s’habillent de bleu (2), de vert ou de gris. L’affichage jour/date s’inscrit dans un guichet vertical très graphique. Le verre est facetté et offre une vue particulière. L’ensemble est animé par le mouvement Rado R764 à spiral en Nivachron, qui fournit 80 heures de réserve de marche. À 1 530 €, cette séduisante montre paraît franchement être un must have ! 

À gauche, la DiaStar Original. À droite, La DiaStar habillée d’un cadran bleu.
À gauche, la DiaStar Original. À droite, La DiaStar habillée d’un cadran bleu. DR

Avant cela, Alfredo Häberli avait inspecté la DiaStar sous toutes ses coutures : « Je devais m’imprégner de cet objet qui fonctionne avec des pièces à l’échelle du cheveu. » Il se penche ensuite sur les différentes versions de ce garde-temps. « Le style de cette montre est clairement ­années 60. Mais je ne voulais pas réaliser un design vintage. Je voulais une montre d’aujourd’hui », explique Alfredo Häberli. Alors, il cherche comment moderniser chaque détail individuellement. In fine, cette DiaStar Anniversary est plus fine, plus élégante. 

« J’ai totalement épuré la boîte et le fond. L’ancre de Rado est passée du rouge au blanc, le Logo est plus petit », explique le ­designer. La coiffe en Céramos reçoit une finition soleillée. Enfin, son ­cadran sandwich est recouvert d’une glace très singulière, taillée à six pans, qui partage le cadran selon la lumière. « Le travail avec Alfredo a très bien fonctionné. Il y a de fortes chances pour que nos chemins se croisent à nouveau », se réjouit, le président. À suivre, donc…


Thématiques associées