Scott Warman

Palate Club,
Le nouveau Spotify du vin

Va-t-on bientôt pouvoir cesser d’acheter des vins en totale inconscience grâce à l’intelligence artificielle ? C’est le pari du Palate Club, un algorithme lancé aux Etats-Unis par un entrepreneur français, sur le point de bouleverser le marché mondial.

Et si vous étiez passé à côté de votre vie d’amateur de vin ?
Et si vous étiez passé à côté de votre vie d’amateur de vin ? Unsplash

Et si vous étiez passé à côté de votre vie… d’amateur de vin ? La question a de quoi faire frémir, voire causer quelques crises existentielles à l’orée de la quarantaine. Au petit jeu du «  Tu m’aimes, mais tu ne le sais pas encore », le vin semble remporter tous les suffrages. Avec d’un côté, ceux qui affirment prudemment « ne rien y connaître », et d’autres – surtout Français – savoir exactement ce qu’ils aiment boire, le marché du vin ressemble aujourd’hui au produit en croix de biais cognitifs, de spéculations… et d’angles morts.

Alors que la demande de vin à l’échelle mondiale n’a jamais été aussi forte, et face à l’émergence de nouveaux vignobles aux quatre coins de la planète, constituer sa cave ressemblera bientôt à une véritable partie de roulette russe. Il faut dire que la multiplication des plateformes de vente et le discrédit jeté sur les notations et classements ne facilitent pas la tâche des amateurs. Sur un marché mondialisé, il ne suffit plus de connaître ses goûts, ni de faire confiance à son caviste. Avec plus de 500 000 vins mis en vente chaque année, et « seulement » 5000 dégustés annuellement par les plus grands professionnels, que vous soyez ou non expert en la matière, il y a de fortes chances que vous soyez passé à côté des plus grands vins de votre existence.

Sur un marché mondialisé, il ne suffit plus de connaître ses goûts, ni de faire confiance à son caviste.
Sur un marché mondialisé, il ne suffit plus de connaître ses goûts, ni de faire confiance à son caviste. Unsplash

A l’image du puissant algorithme développé par la plateforme d’écoute Spotify pour vous suggérer chaque lundi matin une compilation des titres les plus susceptibles de vous faire chalouper dans le métro ou sur le périph’, Palate Club se base sur quatre questions pour déterminer votre profil d’amateur de vin.

La data, meilleure sommelière du monde

A l’image du puissant algorithme développé par la plateforme d’écoute Spotify pour vous suggérer chaque lundi matin une compilation des titres les plus susceptibles de vous faire chalouper dans le métro ou sur le périph’, Palate Club se base sur quatre questions pour déterminer votre profil d’amateur. « La comparaison avec la musique est intéressante, souligne Nicolas Mendiharat, son fondateur. Ce qui nous fait aimer une chanson ou un style est très lié à l’ADN, à la mémoire, ainsi qu’à l’histoire personnelle ».

Palate Club, c’est une véritable révolution, à l’image du puissant algorithme développé par la plateforme Spotify pour cerner vos envies… En matière de vins, cette fois-ci.
Palate Club, c’est une véritable révolution, à l’image du puissant algorithme développé par la plateforme Spotify pour cerner vos envies… En matière de vins, cette fois-ci. Klara Kulikova

Le principe est simple : chaque membre reçoit en premier lieu un kit de dégustation de quatre demi-bouteilles destinées à être dégustées à l’aveugle et notées sur une échelle de 1 à 5. En fonction des réponses, un profil de dégustateur est attribué et rattaché à l’une des 24 personae définies sur l’application : « grand-mère italienne » ayant un penchant pour les gros rouges tanniques, « patron » afficionado de cabernet-sauvignon, « insulaire » amateur de vins chauds comme la braise, autant de catégories qui déterminent avec précision les bouteilles les plus appropriés à votre palais, qui seront ensuite choisies parmi une sélection de plus de 10 000 flacons, et envoyées à domicile.

En fonction des réponses, un profil de dégustateur est attribué et rattaché à l’une des 24 personae définies sur l’application : « grand-mère italienne » ou encore « insulaire », par exemple !
En fonction des réponses, un profil de dégustateur est attribué et rattaché à l’une des 24 personae définies sur l’application : « grand-mère italienne » ou encore « insulaire », par exemple ! Daria Litvinova

Avec un avantage majeur : la fin de l’éternel dilemme du béotien chez son caviste au moment du choix et une ouverture sans précédent à la formidable diversité des vins en vente sur le marché, là où la plupart d’entre nous se contente de racheter indéfiniment les mêmes bouteilles, par crainte, paresse, ou simplement par égo. « La grande majorité des consommateurs pense que le cépage intervient pour 85 % dans la définition de leur goût en matière de vin, or il s’avère que cette donnée n’excède pas 25 % » constate Nicolas Mendiharat. En d’autres termes, la data se révèle être plus redoutable que tous les meilleurs experts de la planète. Ou comment s’offrir un sommelier privé pour la modique somme de 800 euros par an.

palate-club-vin-the-good-life-5

Lancé une première fois en 2018 aux Etats-Unis, Palate Club était sans doute à l’époque encore trop en avance sur son temps. Depuis, l’entrepreneur à l’origine de la création de Winechain – l’un des acteurs majeurs de la filière des « WineFT » en France – a peaufiné le concept, et s’est associé à Cassie Kozyrkov, éminente statisticienne à qui l’on doit la fondation du domaine de l’intelligence décisionnelle chez Google.

Une véritable pointure, dont l’expertise en matière d’algorithmes laisse présager pour la start-up un avenir des plus radieux. Avec une ambition de taille à plus long terme : devenir une grande marketplace du goût à l’échelle mondiale. De quoi vous découvrir une passion insoupçonnée pour les huîtres chaudes et les yaourts au citron.

L.D


 Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de Palate Club.

Thématiques associées