×
jaguar electrique groupe JLR françois dossa
Jaguar I-Pace 48.

The Good News // Motors

François Dossa : « électrification et inclusion sont nos priorités chez Jaguar »

Jaguar se réinvente. En 2025, l’entreprise anglaise passera à l’électrique et entamera une montée en gamme. La marque a aussi pour ambition de devenir un modèle en matière de diversité, d’égalité et d’inclusion.

Depuis quelques années, la stratégie de Jaguar semblait nimbée de mystère. Bien difficile de dénicher des infos solides. On savait juste que le groupe JLR (Jaguar-Land Rover, branche de l’Indien Tata), dont fait partie le félin britannique, avait mis sur pieds (sur roues ?) un plan stratégique dénommé « Re-Imagine » qui concernerait Jaguar et Land Rover pour un investissement de 15 milliards de dollars. On sait désormais que la relance de Jaguar ressemblera plutôt à une profonde métamorphose. Pour y parvenir, la marque place dans cette mutation, tous ses moyens. Cela explique pourquoi elle ne présentera aucun nouveau modèle, d’ici 2025. Comme une petite traversée du désert pour mieux repartir.


Lire aussi : Jaguar redonne vie à la Type-C, icône des années 50


Tout récemment, le constructeur a donné quelques pistes qui permettent d’y voir un peu plus clair sur sa stratégie. Ainsi, il est acté que toute la gamme passera au 100 % électrique en 2025. C’est-à-dire demain ! Et cela dans le monde entier, y compris en Inde. Pour réussir ce pari, le constructeur a nommé le franco-brésilien François Dossa directeur Stratégie et développement durable. « Je suis là pour préparer le futur de l’entreprise. J’ai à ma disposition une équipe de 250 personnes », se félicite ce dernier.

En fait, pour Jaguar, l’électrique n’est pas une véritable nouveauté. Le constructeur propose en effet, une I-Pace carburant aux Watts depuis 2018. Las, l’auto n’a pas rencontré le succès qu’elle aurait mérité.

Montée en gamme Modern Luxury

On sait aussi que ce passage à l’électrique va s’accompagner d’une forte montée en gamme. « Jaguar se dirige vers un nouveau positionnement de type “modern luxury », explique François Dossa, qui implique la création de véhicules plus prestigieux ». Aujourd’hui, la marque est rivale de BMW mais demain, elle entend plutôt concurrencer Bentley. L’objectif, c’est de réaliser des marges plus importantes sur des volumes plus faibles. « Nous voulons suivre le modèle de LVMH ou Chanel. Des entreprises qui ne font ni rabais, ni soldes. A l’avenir, nos voitures seront si désirables que les gens voudront les posséder quoi qu’il en coûte, pronostique le responsable. Ils seront aussi prêts à attendre 9 mois s’il le faut, avant d’en prendre le volant ». Un peu comme on attend patiemment son sac de luxe Hermès.

Pour réussir, Jaguar va s’appuyer sur un style plus radical. Les prochains modèles ne ressembleront à rien de connu (en Anglais, « copy of nothing« ). « J’ai vu ces véhicules, raconte le responsable, ils sont extraordinaires. Leur ligne est franchement extraordinaire. Les gens vont crier Waouh ! », prédit François Dossa, ravi. Le design choisi est de type « réductif ». « Il s’appuie sur 4 principes fondamentaux : l’exubérance, l’intrépidité, la singularité et la modernité », résume Gerry McGovern, designer vedette maison.

Le premier modèle de cette nouvelle génération branchée est attendu pour mi-2025. Encore un peu de patience donc. Il s’agira d’un Coupé GT surbaissé, à 4 portes et 100 % électrique. Il sera basé sur la future plate-forme JEA, dédiée aux nouvelles Jaguar. La seconde plate-forme sera dédiée aux SUV. Ses tarifs débuteront autour de 100 000 euros.

Devrait suivre, selon les bruits du marché, un grand SUV tout aussi électrique qui se hisserait un cran au-dessus du E-Pace actuel, histoire d’aller concurrencer le Bentley Bentayga. Une grande limousine est aussi attendue pour un peu plus tard… Le constructeur n’a quant à lui rien officialisé.

La Jaguar I-Pace.
La Jaguar I-Pace. Gudrun Muschalla

Partenariat sous le sigle LGBTQI+

Tout récemment, Jaguar s’est rapproché de Têtu. Rappelons que ce magazine, créé en 1995 sous la houlette de Pierre Bergé, le compagnon de Yves Saint-Laurent, est rapidement devenu le media de référence de la communauté LGBTQI+. Le partenariat signé célèbre les arts, la créativité, la jeunesse et vise à accroitre la diversité, l’équité et l’inclusion. « Nous sommes ravis d’être associé à Jaguar pour ce projet ambitieux, se félicite Hamid Hassani, directeur général de Têtu. L’art est un formidable moyen de briser les barrières et de rassembler les individus ».

Le programme, dénommé Creative LAB, prend la forme d’un partenariat artistique. Il vise à soutenir trois jeunes artistes issus de la communauté LGBTQI+. Trois mentors reconnus, provenant de la mode, de la photo et de la 3D, ont pour mission de les accompagner. Cette initiative s’inscrit pleinement dans la nouvelle identité de Jaguar, basée sur les valeurs de l’art et du lien communautaire.

Trois artistes (Charles de Vilmorin, Inès Alpha et Adeline Rapon) issus du monde de la mode, de la 3D et de la photographie ont accompagné trois jeunes talents pour créer trois œuvres, en lien avec les codes et valeurs de la Maison Jaguar.
Trois artistes (Charles de Vilmorin, Inès Alpha et Adeline Rapon) issus du monde de la mode, de la 3D et de la photographie ont accompagné trois jeunes talents pour créer trois œuvres, en lien avec les codes et valeurs de la Maison Jaguar. Alan Marty

A la pointe en matière d’inclusion

Pierre angulaire du nouveau Jaguar, François Dossa siège aussi au conseil d’administration en tant que coprésident Diversité, Équité et Inclusion (DE&I). Il veut notamment mettre en place un environnement de travail permettant à chacun d’être soi-même et d’exprimer sa singularité. « Nous avons déjà instauré des quotas pour avoir plus de femmes dans le top management. Nous sommes autour de 16 % aujourd’hui, déclare le dirigeant. Nous souhaitons atteindre 30 %, en 2026. Nous voulons aussi que les diversités ethniques soient mieux représentées ».

Et cette volonté n’est pas qu’humaniste. « Lorsque la diversité est mieux représentée, que chacun peut donner le meilleur de lui-même, on constate que l’entreprise présente de meilleures performances sur le marché, également », assure le dirigeant. Ce type de politique permet en effet, de créer mieux et de vendre mieux. « Aujourd’hui, il est reconnu que les sociétés “diverses et inclusives” sont 19 % plus innovantes et 9 % plus rentables que les autres », rappelle François Dossa. Une forme de politique gagnante-gagnante, donc.

Jaguar a donc pour ambition d’instaurer un monde professionnel plus ouvert, plus moderne et libre. Bref, un monde plus cool et qui fonctionne mieux, qui plus est.

En route vers le tout électrique.
En route vers le tout électrique. Jaguar

Site internet de Jaguar


Lire aussi : Voiture électrique : Vers une révolution industrielle

Voir plus d’articles sur le sujet
Continuer la lecture