×
De la mer Méditerranée à l’océan Atlantique, l’été squatte les cuisines pour de bon. Zoom sur cinq restaurants aux assiettes bien tanquées, 2023 - The Good Life
De la mer Méditerranée à l’océan Atlantique, l’été squatte les cuisines pour de bon. Zoom sur cinq restaurants aux assiettes bien tanquées, 2023 - The Good Life

The Good Guide

5 restaurants avec une vue idyllique pour l’été

The Good Life a déniché cinq restaurants avec une vue à tomber, à tester absolument cet été.

De la mer Méditerranée à l’océan Atlantique, en passant par la petite couronne de Paris, l’été squatte les cuisines pour de bon. Cinq restaurants avec vue aux assiettes bien tanquées.


À lire aussi : Les nouveaux restaurants à tester cet été à Paris


La terrasse de la Villa9Trois.
La terrasse de la Villa9Trois. Diego Parlange

Villa9Trois, l’étoile en terrasse à Montreuil (Seine-Saint-Denis)

Breton passé chez Christian Le Squer, au Cinq, à Paris, par l’Australie, d’où il a conservé le mélange des influences (coréenne, japonaise et scandinave) qui dictent aujourd’hui son goût des fumés et des cuissons au feu, ce jeune étoilé reçoit dans son restaurant, qu’il veut généreuse comme une maison de province. Le fait est que l’on s’attable sur une terrasse‑jardin immense, non loin du potager et des ruches, et que Paris ressemble à un lointain souvenir… C’est vrai aussi parce que le bulot est aux fleurs du jardin, le saint‑pierre aux agrumes et à l’avocat tiède, les algues ont remplacé le sel, et la signature – le bœuf Angus cuit au barbecue japonais – est à l’encre de seiche et aux billes de hareng. Même le dessert tout chocolat de São Tomé affiche une densité de textures et une puissance aromatique qui nous transporte direct sous d’autres latitudes. Certainement l’un des meilleurs rapports qualité‑prix‑dépaysement du moment. 

Menus à 69 € en quatre temps, et 89 € en six. 71, rue Hoche. Villa9trois.com 


La terrasse du Craco.
La terrasse du Craco. DR

Cracco, restaurant avec vue ou rien à Portofino

Quand l’ultrastar cathodique Carlo Cracco débarque sur la Riviera italienne, c’est évidemment pour s’installer aux premières loges de la carte postale. À lieu d’exception, la crème des moyens : pour ressusciter cette institution (le Pitosforo) qui a vu passer toute la planète glamour depuis les années 50, il s’est entouré du Studio Peregalli qui n’a rien dénaturé de la sublime salle à manger au parquet d’origine ; c’est à peine si un bar aux allures de grotte vient bousculer l’héritage. L’été, on s’installe sur la terrasse à la vue imprenable, pour un service nappé et des gamberi rossi de Ligure – ces fameuses crevettes rouges propres à la région. Autre « reco » maison, le corzetto de jaune d’œuf mariné.

Compter 150 € à la carte. Molo Umberto I, 9. Craccoportofino.it


On retrouve aussi le poulpe grillé et jalapeño avec son condiment riviera, la Caprese japonaise, et l’incontournable et exquis black cod, devenu le plat signature de ce groupe expert des nourritures délicates.
On retrouve aussi le poulpe grillé et jalapeño avec son condiment riviera, la Caprese japonaise, et l’incontournable et exquis black cod, devenu le plat signature de ce groupe expert des nourritures délicates. DR

Nao, bis repetita à Saint‑Tropez

C’est place des Lices que les groupes Blackcode et Annie Famose (Kinugawa) inaugurent leur deuxième restaurant avec vue (après Saint‑Barth, cet hiver) méditerranéo‑nippone. Une cuisine fusion parfaitement maîtrisée et nourrie de la petite pêche, avec, en guest, les tomates yasai et la langouste yuzu kosho sauce vierge. On retrouve aussi le poulpe grillé et jalapeño avec son condiment riviera, la Caprese japonaise, et l’incontournable et exquis black cod, devenu le plat signature de ce groupe expert des nourritures délicates. Le cadre ? Un palazzo verdoyant, aux pièces organiques et céramiques brutes.

Compter 90 € à la carte, uniquement le soir. 5, place des Lices. Tél. +33 (0)4 94 49 76 63. 


À lire aussi : Marseille : les nouveaux restaurants qui réveillent la ville


Le chef a sourcé la crème des producteurs alentour pour dérouler sa vision d’une brasserie d’auteur.
Le chef a sourcé la crème des producteurs alentour pour dérouler sa vision d’une brasserie d’auteur. DR

Frenchie, restaurant avec vue basque à Biarritz

Le chef Grégory Marchand, aussi doué derrière un piano étoilé qu’en street food et cave à manger, se décide à balader sa bistronomie sur la petite Californie. En investissant la table de l’hôtel Regina, fraîchement relifté par Dorothée Meilichzon pour L’Expérimental Group. Amoureux de ce terroir sans compromis, le chef a sourcé la crème des producteurs alentour pour dérouler sa vision d’une brasserie d’auteur. Une fois dégustées les gougères addictives à l’ossau‑iraty, les assiettes s’enchaînent avec la truite de Banka, le confit gascon en croûte de sel et le veau d’Axuria. Pour finir, on reste 100 % local avec un gâteau traditionnel au pastis landais. Stop obligatoire au bar années 20 installé pile-poil sous l’atrium spectaculaire. Pour l’assiette et le restaurant. 

Compter 80 € à la carte. 52, avenue de l’Impératrice. Reginaexperimental.com 


À l’intérieur de La Cantina.
À l’intérieur de La Cantina. DR

La Cantina, dans les règles de l’art à Mahon (Minorque)

C’est sur le petit îlot face à Port Mahon, investi par la prestigieuse galerie d’art internationale Hauser & Wirth, que cette table aux allures de maison de vacances – grand loft‑boutique avec cuisine ouverte et jardin particulier – attire tous les esthètes, mais pas que. Après la visite du cloître et des expos pointues, on s’installe d’abord prendre un verre sur les chaises longues face à la mer, avant de s’attabler sous les oliviers comme à la maison. Circuit court, cuissons au grill, parti pris pour le végétal et les recettes locales. Outre les moules de Port Mahon, on se régale avec la croquette maison XXL à la caldereta de langouste, l’arròs de la terra (blé moulu, boudin, poitrine de porc et sobrasada) et pour les amateurs, avec des côtelettes de moutons de l’île servies avec une chicorée. 

Compter 45 € à la carte. Illa del Rei, à Minorque. Hauserwirth.com 


À lire aussi : On a testé Ojii, le restaurant de sushis le plus sexy de Paris

Voir plus d’articles sur le sujet
Continuer la lecture