L'automne s'est installé depuis quelques semaines déjà. La nuit tombe vite, la fin d’année approche et l’heure n’est plus aux longues promenades en extérieur. La luminosité douce, les feuilles roussies et les boissons chaudes aux épices s'accordent merveilleusement bien avec des musiques chaleureuses et jazzy. Pour tenir jusqu’à la nouvelle année, on se verrait bien dans une ambiance cosy qui nous apporterait toute la chaleur et le réconfort dont on a besoin.

C’est justement ce que le Parfum Jazz Club, de la collection REPLICA de Maison Margiela, évoque pour Tony Tixier, pianiste et compositeur de jazz français. Pari tenu pour ce parfum d’une collection qui a pour talent de capturer des souvenirs et des émotions, de convoquer des images, des impressions, des ambiances qui ont marqué notre histoire personnelle. Comme chaque référence, cet opus dont le flacon semble échapper d’un rayon d’apothicaire avec son parfum ambré, plonge immédiatement celui qui le porte dans des souvenirs et des sensations qui s’entremêlent. Une ambiance jazzy émerge.

Un parcours hors-pair

L’artiste qui a grandi à Montreuil et poursuivi sa formation musicale jusqu’à son entrée à la Bill Evans Piano Academy de Paris en a des souvenirs, et pas des moindres : entre les jazz-clubs de New York et de Paris. Il a croisé entre autres la route de Dee Dee Bridgewater, d’Elvin Jones, de Walt Weiskopf et de Brian Melvin. De quoi créer des émotions empreintes de voyages et de rencontres mais aussi de reconnaissance. Il y a dix ans, les harmonies inhabituelles de celui qui se considère davantage comme un artiste que comme un jazzman lui ont valu d’être étiqueté « Révélation » par Jazz Magazine. Alors tout a décollé. Première partie de Herbie Hancock, inauguration de la Fondation Louis Vuitton et « America’s Got Talent » pour ne citer que quelques-unes de ses productions artistiques. Cet artiste qui s’inspire notamment d’Herbie Hancock et de Miles Davis est hors-pair.

The Good Life est allé à la rencontre de Tony Tixier, passionné de Jazz, il nous évoque ses souvenirs et ses sensations que pouvaient lui rappeler la fragrance Jazz Club de la collection REPLICA de Maison Margiela.

Tony Tixier, pianiste et compositeur de jazz français.
Tony Tixier, pianiste et compositeur de jazz français.

Jazz Club, la fragrance de la collection REPLICA de Maison Margiela

D’ailleurs, depuis qu’il porte cette fragrance au nom prédestiné, ce sont des balades et de belles harmonies chaleureuses et vivantes qui accompagnent dans son esprit les notes de ce cocktail olfactif. Celui qui portait peu de parfum jusqu’alors apprécie l’originalité et l’élégance de la fragrance Jazz Club de la collection REPLICA de Maison Margiela. Il aime cette impression de fragrance unique. Plutôt sensible à la fraîcheur initiale du cocktail de baies de roses, de citron et de néroli, l’artiste se retrouve en terrain connu quand l’orange amère se mêle à un arôme de cuir et de liqueur. Serait-ce le nom du parfum ? Il a comme l’impression que cette partition originale a été créée sur mesure. Ces notes masculines portées par le styrax, la vanille, les fèves de tonka, le vétiver et l’absolu des feuilles de tabac transportent immédiatement Tony Tixier. Une ambiance cosy de salons feutrés ou de clubs anglais l’envoûte alors.

Jazz Club, la fragrance masculine originale et élégante de la collection REPLICA de Maison Margiela.
Jazz Club, la fragrance masculine originale et élégante de la collection REPLICA de Maison Margiela.

Des souvenirs ravivés dans un voyage olfactif

Il se rappelle les fins de soirée, sous une lumière tamisée. D’une ambiance jazzy et ouatée. Des boiseries couleur miel reflètent de discrets luminaires qui soulignent les contrastes. Il est 22 heures, le concert terminé, il se pose, un cocktail à la main, son préféré du moment, un Musical Negroni. Entouré d’amis, il peut enfin se détendre, parler de tout et de rien, refaire le monde et raconter sa vie.

La playlist ? Premièrement, Keith Jarrett évidemment, avec « I Got It Bad And That Ain’t Good », et Paul Bley, « Vashkar ». Puis on enchaîne une dizaine de titres, de « I’ve Never Been in Love Before » de Ahmad Jamal à « I Wish I Knew », de John Coltrane, en passant par « My Romance » de Bill Evans. Au mur, des photos argentiques moyen format, en noir et blanc, qui saisissent l’instant comme celles de Vivian Maier. Rien de travaillé ni de figé. Dans son imaginaire, une ambiance Nouvelle Vague, qui fait appel aux sentiments et à la fragilité. A l’authenticité, surtout, toujours. Tout cela dans un flacon, il ne s’y attendait pas.

Voyage durant un court instant dans un jazz club new-yorkais.
Voyage durant un court instant dans un jazz club new-yorkais.

Se sentir chez soi où que vous soyez avec le Parfum de la collection REPLICA de Maison Margiela

Tony Tixier a beau parcourir le monde pour donner des concerts dans des grandes villes étrangères, il a trouvé le moyen de se retrouver dans une ambiance jazzy cosy n’importe où. Cette sobriété, cette sérénité, cette sorte d’épiphanie ou de « bonheur serein » comme il se plaît à le nommer, c’est la fragrance Jazz Club de la collection REPLICA de Maison Margiela qui l’a capturé. Une partition riche et réconfortante qu’il a définitivement adopté… jusqu’au printemps au moins.

Thématiques associées