×

The Good Guide // 48 heures à

48 heures à Bordeaux : nos adresses indispensables

Bars à cocktails, galeries design et bons restos. Voici de quoi occuper vos prochains week-ends à Bordeaux, connue pour son architecture néo-classique et ses bâtiments Art Déco.

Bordeaux, chef-lieu de la Nouvelle-Aquitaine, cache bien d’autres pépites que sa Cité du vin, sa Cathédrale Saint-André et ses rues bourrées de touristes. La preuve par huit.


Lire aussi : FirstName, Le premier hôtel feel good et écolo de Bordeaux


Que faire à Bordeaux le temps d’un week-end ?

Dîner à la table d’un restaurant étoilé

Ressources

Du lundi au vendredi, le chef Tanguy Laviale (ex-Garopapilles) et son sommelier Maxime Courvoisier accueillent depuis un an les palais les plus exigeants. En mars dernier, le restaurant décroche rapidement et sans effort une première étoile au guide Michelin. Service décomplexé mais impeccable, rap US en fond sonore, carte des vins déjà bien fournie et engagée où la part belle est faite au nature et aux vignerons montants (700 références au compteur et encore plus en cave, mis à vieillir pour les années à venir) et, surtout, une cuisine franche et des petits plats magnifiquement exécutés très souvent relevés d’une touche de lacto-fermenté.

Un prix unique pour tous les mets (desserts compris) et un menu à composer selon ses envies en 3, 4, 5 temps ou en « no limit » pour les plus gourmands, à la carte ou à l’aveugle, façon carte blanche des chefs. En plus des sept assiettes qui la composent, sept autres, secrètes, attendent en cuisine, afin de s’adapter aux contraintes alimentaires de chacun et de créer la bonne surprise. Pour grignoter, les tempuras de laitue de mer sont bluffants de légèreté. Puis, les gnocchi verts à l’ail des ours et tomme de brebis râpée fondent dans la bouche. La Montbéliarde, maturée pendant trois semaines et servie avec des jeunes pousses de chou kale, des anchois et des noix fraîches, est un régal. Tout comme l’inattendue crème chocolat de chez Nicolas Berger sur un lit praliné croquant accompagné de sa glace au champignon.

La bonne nouvelle ? Le chef vient d’ouvrir une seconde adresse il y a un mois à peine. « Vivants », avec sa façade en bois traditionnelle, son mobilier chiné et son atmosphère chaleureuse comme à la maison, jouit de la même précision dans l’assiette et au verre… et partage la cave avec son aîné.

Restaurant Ressources, ouvert du lundi au vendredi pour le dîner, 126 Rue Fondaudège. Tél. :  09 70 66 72 32

bordeaux restaurant étoilé

Visiter une galerie de design

Doda

Thibaut Renesson Philipon est devenu galeriste par accident. Cet ancien professeur de Français et son associée styliste réquisitionne le lieu pour en faire un atelier. Ensemble, ils transforment des vêtements avec des artistes et vendent du mobilier chiné. « J’ai alors réalisé que le luminaire était très délaissé en architecture et je m’y suis donc intéressé. J’ai remarqué que les gens subissent souvent leur éclairage. Vous pouvez créer une forme, y incorporer une ampoule et vous obtiendrez une lampe, mais cela ne signifie pas que l’éclairage sera agréable. Il est nécessaire de connaître les contraintes d’un lieu afin d’adapter la lumière. »

De fil en aiguille, Thibaut se concentre sur ce secteur, ne se contentant pas de vendre des luminaires mais d’apporter son conseil, se rendant fréquemment chez ses clients afin d’y peaufiner l’éclairage. « Je m’occupe actuellement de la cuisine d’une cliente, dont la large fenêtre donne sur le jardin. J’ai commencé par placer quelques Led au milieu des arbres à quelques endroits stratégiques afin d’éviter l’effet miroir, ce sentiment de ne rien voir au dehors mais d’être soi-même visible de tous quand la nuit est noire. » Aujourd’hui, la galerie Doda se concentre sur des pièces rares des Trente Glorieuses non rééditées

Galerie Doda, ouverte du mardi au samedi, 72 Rue Judaïque. Tél. : 05 56 12 32 79

La galerie Doda est spécialisée dans les luminaires des Trente Glorieuses.
La galerie Doda est spécialisée dans les luminaires des Trente Glorieuses.

Essayer un bar à cocktails

Casa Bordeaux

Le groupe hôtelier Ginto inaugure son nouveau concept de bar au sein du Grand Hôtel Français. S’ils en partagent l’entrée et quelques éléments en marbre, la décoration, pensée par le studio Crème, a sa propre identité. Ambiance feutrée et, surtout, des cocktails conçus par Jérémy Lauilhé, meilleur ouvrier de France Barman 2023.

Nos préférés ? Sans doute Umelixir qui fleure bon le pays du Soleil levant. Sur une base de saké, la liqueur d’umeshu (qui signifie littéralement, « alcool de prune » en japonais), le poivre blanc et l’huile de sésame lui apportent complexité et gourmandise. Ou encore Calice 2.0 à la texture sirupeuse étonnante et aux notes florales, qui allie vermouth, aquavit et sirop de pélargonium. Quant au Pineapple Paloma, ultra rafraîchissant et exotique, il régale nos papilles de ses notes fumées.

En tout, ce sont 6 cocktails signatures et 4 classiques revisités qui composent la jolie carte du Casa Bordeaux, illustrée par la talentueuse Emma Kadraoui.

Bar Casa Bordeaux, ouvert tous les jours de 18h à 00h30, 12 rue du Temple. Tél.: 05 56 48 10 35

Les cocktails du bar Casa Bordeau ont été imaginés par Jérémy Lauilhé, meilleur ouvrier de France Barman 2023. © The Veil
Les cocktails du bar Casa Bordeau ont été imaginés par Jérémy Lauilhé, meilleur ouvrier de France Barman 2023. © The Veil

Shopper dans une boutique déco

pH7

Le concept-store imaginé par Sébastien et Léo, deux passionnés d’artisanats et de beaux objets, originellement installé place Gambetta, a posé ses valises il y a deux ans au cœur du quartier historique des Chartrons, rue Notre-Dame, là où les antiquaires ont pignon sur rue et les bazars léchés sont légions. Ce « refuge wabi sabi » curaté avec précision mêle céramiques bordelaises et pièces signées – dont des assiettes de Marie Michielsen et des coussins en chanvre d’Isabelle Yamamoto – aux tabourets Senoufo de Côte d’Ivoire, poteries chinoises et jarres en bois du Népal. Le tout se décline dans des matières brutes et des teintes naturelles et douces.

Boutique pH7, ouverte du mardi au samedi, 20 rue Notre-Dame. Ph7bordeaux.com

La boutique déco pH7 est un vrai « refuge wabi sabi » au coeur de Bordeaux.
La boutique déco pH7 est un vrai « refuge wabi sabi » au coeur de Bordeaux.

À lire aussi : Du vin de Bordeaux hors des clous


Goûter au restaurant

Horace café

Produits frais, locaux et de saison soigneusement sourcés, du fait maison et un expresso parfaitement maîtrisé. Horace café, ouvert en août 2017 par Laurent-Pierre Bordenet, est l’endroit idéal pour savourer un brunch ou un bon goûter. Deux plats seulement à la carte – un pour les carnivores, l’autre pour les végé – qui changent chaque semaine et une multitude de gâteaux qui évoluent selon les envies de la cheffe, dont leur incontournable carrot cake, à goûter absolument.

Café Horace, ouvert tous les jours, 40 rue Poquelin Molière. Tél.: 05 56 90 01 93

Horace café est réputé pour ses gâteaux faits maison, notamment son carrot cake et sa banoffee pie. © &Georges
Horace café est réputé pour ses gâteaux faits maison, notamment son carrot cake et sa banoffee pie. © &Georges

Refaire sa garde-robe chez une marque locale

Polma

Il fleure bon le rétro, le logo Polma brodé sur des casquettes, chaussettes, tee-shirts et sweatshirts en coton bio. La griffe unisexe, fondée en 2022 par Léopold Matous à Bordeaux, soutient des artistes via des collabs en séries limitées et s’inspire des nineties et de la culture skate.

Boutique Polma, ouverte du mardi au samedi, 52 rue Notre-Dame. Polma.fr

Polma est une marque de streetwear unisexe créée à Bordeaux par Léopold Matous.
Polma est une marque de streetwear unisexe créée à Bordeaux par Léopold Matous.

Faire une expo à Bordeaux

« Je cours vers toi pour lacer tes chaussures »

Le Musée d’art contemporain de Bordeaux, le CAPC, qui fête ses 50 ans cette année, et le centre d’architecture Arc en rêve partagent la même adresse et le même bâtiment magnifique. Jusqu’au 24 mars, le second accueille l’exposition « Je cours vers toi pour lacer tes chaussures » des photographes Éric Tabuchi et Nelly Monnier, qui parcourent depuis cinq ans la France afin de documenter de manière égale les 450 régions qui la composent. « Dans la chanson de Brian Eno ‘I’ll Come Running (To Tie Your Shoe)‘, dont le titre peut se traduire en français par ‘Je cours vers toi (lacer tes chaussures)‘, une voix insouciante se pose sur le canevas des synthétiseurs, de la caisse claire, et des cordes confondues de la guitare et de la basse, écrit Clément Paradis, historien de l’art et de la photographie.

Elle parle de passer ses journées à regarder par la fenêtre. Elle évoque aussi l’errance, les saisons changeantes. Quelle partie de tout cela est audible, quelle autre se mêle au bruit du moteur lorsque Nelly Monnier et Eric Tabuchi sillonnent les départementales par temps gris ? Je ne sais. Mais au moins, nous voilà informés sur l’origine du titre de leur exposition. […] L’Atlas des Régions Naturelles (ARN) est le fruit […] d’un goût prononcé pour l’aventure, l’exploration, voire l’exotisme. Ce qui nous est offert, c’est un accompagnement vers le vernaculaire, un pas de côté pour avancer sans crainte hors des sentiers balisés de la France des grands axes, quitte à semer le trouble dans les connaissances que nous croyions avoir de notre environnement. » La mise en scène a été soigneusement pensée, les images et bâtiments exposés en miroir mettant en avant les similitudes des paysages.

Exposition “Je cours vers toi pour lacer tes chaussures” des photographes Éric Tabuchi et Nelly Monnier, jusqu’au 24 mars 2024 au Centre d’architecture Arc en rêve. Arcenreve.eu

L’exposition « Je cours vers toi pour lacer tes chaussures » d’Eric Tabuchi et Nelly Monnier est un témoignage de la France en dehors des grands axes. © Tabuchi – Monnier
L’exposition « Je cours vers toi pour lacer tes chaussures » d’Eric Tabuchi et Nelly Monnier est un témoignage de la France en dehors des grands axes. © Tabuchi – Monnier

Dormir à l’hôtel

Burdigala by Inwood Hotels

Si son emplacement n’est pas le plus glamour – malgré sa proximité avec le quartier Mériadeck et le coeur de la ville -, le Burdigala, qui vient tout juste d’être rénové, a tout de même de quoi séduire : 5 étoiles au compteur, une grande verrière qui baigne le rez-de-chaussée de lumière naturelle, avec ses espaces de jeux et sa grande table connectée pour télétravailler et un rooftop pour lézarder au soleil. Mention spéciale pour la salle de cinéma tout confort qu’il est possible de privatiser.

Le matin, des dessins animés seront diffusés pour occuper les enfants le temps du petit déjeuner et une programmation de classiques et de nouveautés sera proposée tout au long de l’année. Dans les chambres pleines de charme – en particulier les suites Duplex sur deux niveaux façon appartement cosy -, détente garantie grâce aux baignoires à remous. Les enceintes Marshall sont un plus indispensables pour se réveiller du bon pied en écoutant ses morceaux préférés.

Hotel Burdigala by Inwood Hotels. Burdigala.com


À lire aussi : FirstName, Le premier hôtel feel good et écolo de Bordeaux


 

Voir plus d’articles sur le sujet
Continuer la lecture