Albertine Guillaume

Aftenposten :
lire les journaux, l'ingrédient du bonheur ?

Cette question, quelque peu provocatrice mérite d’être posée à propos de la Norvège. Numéro un en 2017 – devant le Danemark, l’Islande et la Suisse –, du classement World Happiness Report, le pays du soleil de minuit est celui qui compte le plus de titres de presse par habitant au monde : 174 pour 5 millions d’habitants ! Et l’Aftenposten (le «courrier du soir») est le premier d’entre eux.

L’actualité internationale et les questions environnementales sont, comme nous l’indiquions plus haut, les domaines de prédilection de l’Aftenposten. L’intérêt prononcé de ses lecteurs pour la politique extérieure s’explique par le fait que la Norvège est un petit pays par nature tourné vers l’étranger du fait de ses exportations de pétrole, de gaz, de produits de la pêche et de ses activités maritimes, mais aussi en raison de la présence de son puissant voisin russe. Par ailleurs, même s’il s’est prononcé à deux reprises (référendums de 1972 et 1994) contre l’entrée dans l’Union européenne, ce qui se concocte à la commission de Bruxelles est loin de le laisser indifférent. « Quant à l’environnement, rien de plus logique que ce soit un sujet cher aux Norvégiens ! Même au sein de notre capitale, nous vivons près de la nature et nous sommes en première ligne pour voir et ressentir les effets dévastateurs du changement climatique : nos glaciers fondent, notre hiver qui s’étendait sur près de la moitié de l’année ne dure plus qu’un mois ou deux ! » explique en soupirant Espen Egil Hansen.

L’actualité internationale et les questions environnementales représentent les domaines de prédilection de l’Aftenposten.
L’actualité internationale et les questions environnementales représentent les domaines de prédilection de l’Aftenposten. Albertine Guillaume

Depuis trente-cinq ans à l’Aftenposten, Ole Mathismoen est aujourd’hui « le » spécialiste incontesté des questions écologiques. « Pour nous, c’est une priorité », souligne ce journaliste passionné de 55 ans. Il a donc carte blanche pour enquêter et voyager : Pérou, Brésil, Népal ou encore trois semaines de reportage à Paris et au Bourget à l’occasion de la COP21. En 2016, Ole a été récompensé par le Bergesenprisen pour l’ensemble de son travail. C’est lui qui, par exemple, a révélé, au moment de la chute de l’URSS, les décharges nucléaires, ces cimetières à ciel ouvert de sous-marins atomiques… Le sujet principal est donc très souvent lié à la préservation de l’environnement, comme dans le numéro du 13 juin 2017 où s’étale, sur plus de la moitié de la une, l’immense cargo de 144 mètres de long transportant, au large des côtes norvégiennes, entre Saint-Pétersbourg et Mourmansk, des déchets radioactifs.

Ole Mathismoen, 55 ans, est aujourd’hui « le » spécialiste incontesté des questions écologiques au sein du journal.
Ole Mathismoen, 55 ans, est aujourd’hui « le » spécialiste incontesté des questions écologiques au sein du journal. Albertine Guillaume

Plus étonnant encore : cette BD consacrée à l’environnement – évoquant, par exemple, la sortie irresponsable de Donald Trump des accords de Paris sur le climat –, publiée chaque semaine, par le magazine de l’Aftenposten, à destination des enfants de 7 à 15 ans et diffusée à 30 000 exemplaires. La relève des lecteurs du quotidien emblématique d’Oslo, si attentif au devenir de notre planète, semble donc assurée !

Les locaux de l’Aftenposten offrent des espaces de repos et de travail lumineux et confortables. Le quotidien emploie 160 journalistes.
Les locaux de l’Aftenposten offrent des espaces de repos et de travail lumineux et confortables. Le quotidien emploie 160 journalistes. Albertine Guillaume

Thématiques associées